Vigne de Cocagne

WE DEMAIN WE DEMAIN - il y a 28 jours

Le premier vignoble bio et solidaire

Difficile d’imaginer, en arpentant les 7 hectares de vignes du Domaine de Mirabeau, dans l’Hérault, que ce lieu était destiné à devenir un centre de traitement des déchets pour l’agglomération montpelliéraine. Ici, c’est maintenant Vigne de Cocagne, un domaine viticole développé par Pauline Chatin.

Diplômée de l’Institut d’études politiques de Toulouse, elle suit d’abord un master à l’ESSEC avant de passer un BTS "métiers du vin" par correspondance, car la vigne la passionne. Un court passage chez Areva lui fait réaliser que les grosses structures ne lui conviennent pas : elle entre alors dans "une petite boîte de conseil dans le développement durable", et découvre l’économie sociale et solidaire.

Pauline, la trentaine aujourd’hui, constate alors que le taux de chômage est de près de 15 % dans l’Hérault, alors que les exploitations viti-vinicoles qui parsèment le département (le plus important producteur en volume du secteur) peinent à embaucher une main-d’œuvre qualifiée. "Je me suis dit : pourquoi ne pas former des personnes éloignées de l’emploi au métier d’ouvrier viti-vinicole ?" Au même moment, elle rencontre les équipes du Réseau Cocagne, qui "œuvre pour l’insertion sociale à travers le maraîchage bio".

Puis une amie lui parle de Mirabeau, racheté par la mairie de Fabrègues après une mobilisation citoyenne contre le projet de centre de traitement des déchets. Elle rencontre aussi Jean-Charles Thibault, "vigneron bio convaincu et passionné", dont les vingt ans d’expériences seront décisifs. Les réunions s’enchaînent vite avec l’équipe municipale et la première Vigne de Cocagne naît en 2017.

Son but : proposer un vin "bio, local et solidaire". Après quarante ans d’exploitation conventionnelle, les parcelles sont donc converties au bio (la certification "agriculture biologique" est prévue pour 2020) et les bouteilles seront vendues en direct sur l’exploitation ou en circuit court.

À l’horizon 2022, Vigne de Cocagne envisage de créer quatre postes en insertion : des postes réservés à des chômeurs de longue durée ou des jeunes en difficulté sur le marché de l’emploi, souvent à cause de problèmes personnels. Un parcours de formation de deux ans maximum, encadré par un accompagnateur socioprofessionnel, leur permettra de maîtriser les métiers du vin aussi bien dans la vigne que dans la cave. Céline et Aurélie, arrivées à la fin de l’été, sont déjà en formation sur l’exploitation

Source : http://www.wedemain.fr/Vigne-de-Cocagne-le-premier-vignoble-bio-et-solidaire_a3991.html?fbclid=IwAR3ddBSNmooEHZt_CaVvw_pVyf-CTUBZcSzpIvMBw7f-NbPWKdyEu8TwyGI

Nous contacter
Partager Viadeo Partager