Quasiment tous les risques professionnels "sont et seront affectés par le changement climatique"

AEF, agence d'informations spécialisées AEF, agence d'informations spécialisées - il y a 7 mois

L'Anses publie jeudi 19 avril 2018 un avis et un rapport sur les risques induits par le changement climatique sur la santé des travailleurs. Il en ressort que "tous les risques professionnels sont et seront affectés par le changement climatique et les modifications de l’environnement, à l’exception des risques liés au bruit et aux rayonnements artificiels". Et ce, du fait de la hausse des températures, de l’évolution de l’environnement biologique et chimique, de la modification de la fréquence et de l’intensité de certains aléas climatiques. Aussi, l’agence en appelle à la "mobilisation du monde du travail" et au renforcement de la prévention, en intégrant "dès à présent" les impacts du changement climatique dans les démarches d’évaluation des risques professionnels.

Saisie par la direction générale de la santé et la direction générale du travail dans le cadre de l'élaboration du 2e plan national d’adaptation au changement climatique, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) publie ce jeudi les résultats d’une expertise concernant les impacts du changement climatique sur les risques professionnels.

Ce nouveau plan prévoit de nombreuses actions autour de six domaines : gouvernance, prévention et résilience, filières économiques, connaissance et informations, nature et milieux, et international. Soumis à consultation en octobre 2017, il devrait être publié prochainement.

ANTICIPATION PROSPECTIVE JUSQU’À 2050

"Dans une démarche d’anticipation prospective jusqu’au milieu du XXIe siècle", l’expertise de l’Anses "s’est attachée à caractériser les interactions entre le climat, l’environnement et la santé au travail dans l’objectif d’identifier les risques professionnels potentiellement accrus par le changement climatique", explique l’agence.

Selon ces travaux, "à l’exception des risques liés au bruit et aux rayonnements artificiels, tous les risques professionnels sont et seront affectés par le changement climatique et les modifications environnementales".

L’augmentation des risques professionnels sera due à trois facteurs :

  • la hausse des températures

Ainsi, l’Anses évoque "des conséquences sur la pénibilité au travail, liées à un impact direct sur les risques professionnels (malaises, déshydratation, coups de chaleur, etc.) et indirect, notamment sur les risques psychosociaux dus aux situations de tension". L’Anses évoque également des conséquences sur les risques accidentels liés à une "altération de la vigilance, sur les risques chimiques liés à l’inhalation de substances volatiles ou encore sur la modification des risques liés aux agents biologiques (maladies infectieuses, pollens, etc.)".

  • l’évolution de l’environnement biologique et chimique

Avec le dérèglement climatique, la localisation des zones de répartition de vecteurs de maladies infectieuses (moustiques, tiques, etc.) pourrait évoluer, prévient l’Anses, ou favoriser l’installation de nouveaux vecteurs, faisant ainsi "évoluer les risques liés aux agents biologiques, notamment pour les personnes travaillant en milieu naturel ou en contact avec des personnes et des animaux".

  • la modification de la fréquence et de l’intensité de certains aléas climatiques

Pour l’agence, ces aléas sont définis comme les inondations, les submersions, l’augmentation de la quantité de pluie, les sécheresses estivales ou les feux de forêts. L’évolution de leur fréquence et de leur intensité "pourra conduire à une augmentation des risques, en particulier accidentels, de fatigue physique et psychique, notamment pour les personnes exerçant des activités de secours à la personne".

MOBILISER LE MONDE DU TRAVAIL

Le précédent Pnacc

Le précédent plan national d'adaptation au changement climatique, adopté en 2011, prévoyait déjà de "renforcer la gestion des risques professionnels induits par le changement climatique", avec une "expertise collective" que devait mener l'Anses.

Au vu de ces enseignements, l’Anses émet plusieurs recommandations. La première vise à mobiliser le monde du travail, et à "intégrer, dès à présent, les impacts du changement climatique déjà perceptibles ou qui peuvent être anticipés dans leurs démarches d’évaluation des risques". Par exemple, en recensant les personnes potentiellement affectées, en dressant une évaluation spécifique de chaque poste de travail et des expositions réelles en fonction de la zone géographique concernée, etc.

Il faut également "intégrer les effets du changement climatique sur la santé dans les démarches de prévention des risques (par exemple par l’adaptation des environnements et de l’organisation de travail) par le biais d’outils dédiés qui devront être développés", alerte l’Anses.

L’information et la formation sur le sujet doivent également être développées.

DÉFINIR DES INDICATEURS DE SUIVI

L’Anses préconise également "d’identifier des indicateurs pertinents liés à l’impact du changement climatique sur la santé, permettant de suivre et surveiller les effets du changement climatique sur les risques professionnels".

La recherche devra également être mobilisée, affirme l’agence, afin de "renforcer l’étude des liens entre les paramètres climatiques et environnementaux et leurs effets sur la santé (en prenant en compte leurs évolutions et leurs interactions mutuelles)" et "d’anticiper l’évolution des risques professionnels".

Enfin, l’Anses estime nécessaire "d’intégrer de manière systématique, à l’avenir, la question du changement climatique et de ses impacts dans les travaux d’évaluation des risques sanitaires, aussi bien pour les travailleurs que pour la population générale".


Par Émilie Legendre, AEF Info

© Fotolia, Patrick J.

Source : http://www.aef.info/depeche/libre/584441

Nous contacter
Partager Viadeo Partager