Intelligence artificielle. La révolution prochaine de l’agriculture ?

BREIZH-INFO | Toute l’actualité en Bretagne et ail BREIZH-INFO | Toute l’actualité en Bretagne et ail - il y a 8 mois

Défendue ou critiquée, l’intelligence artificelle est en passe de révolutionner bien des domaines. Et l’agriculture pourrait aussi y goûter. Comment ?

Optimiser la production
Bien que le monde agricole ait déjà connu de nombreuses évolutions techniques en un demi-siècle, le champ des possibilités est encore immense. Tout d’abord, le rendement des exploitations pourrait être améliorer considérablement. Selon l’ONU, entre 20 et 40 % de la production agricole est détruite chaque année, faute de pouvoir être commercialisée. Une déperdition qui serait largement évitable. Encore faut-il disposer des moyens techniques pour l’anticiper.
L’utilisation de drones afin d’effectuer un suivi permanent des cultures serait un moyen de prévenir le pourrissement sur certaines parcelles. Mais sans cette technologie, une surveillance quasi permanente des récoltes à venir sur des surfaces de plusieurs hectares nécessite une main d’œuvre très coûteuse et chronophage. Un problème auquel l’intelligence artificielle pourrait alors remédier.

Un quotidien modifié
Même s’il reste encore laborieux, le métier d’agriculteur devrait logiquement gagner en confort dans les années à venir. Car il n’y a pas que les drones. Les machines de traite connectées comme les tracteurs autonomes vont modifier progressivement les tâches quotidiennes du paysan moderne. L’analyse prédictive et la collecte de données pour l’aide décisionnelle vont aussi contribuer à ces évolutions futures.
À présent, l’intelligence artificielle va devoir répondre à l’imprévisibilité de certains facteurs. Un point sur lequel l’automatisme pur montre pour l’instant ses limites.

Le modèle japonais
Cependant, certains pays n’ont pas attendu les travaux des firmes américaines pour faire entrer l’IA dans leur agriculture. Le Japon a ainsi lancé des robots fermiers. Le but étant tout simplement de les substituer aux humains pour le travail agricole.
Par ailleurs, une ferme 100 % robotisée a également été lancée en 2017 au Pays du Soleil Levant afin de produire des salades. Les Japonais entendent se prémunir face à la baisse de leur population active. Autre initiative, un robot prenant l’aspect d’un loup et surveillant les cultures.

Potentiel financier énorme
En matière d’intelligence artificielle, certains géants du numérique ont déjà pris leur place aux premières loges. C’est notamment le cas d’Alphabet, un groupe américain dont l’une des filiales n’est autre que Google. Microsoft n’est pas en reste non plus.
Il faut dire que le marché dispose d’un potentiel considérable. Une étude révèle que la part de l’IA dans l’agriculture mondiale était estimée à environ 518,7 millions de dollars en 2017. Un montant qui s’élèverait à 2,6 milliards d’ici 2025. Soit une belle progression de 22,5 %. De quoi aiguiser les appétits.
Les start-up du secteur ne sont pas en reste puisque les différentes levées de fonds effectuées au cours des cinq dernières années ont rapporté près de 800 millions de dollars. Quant aux vendeurs de drones agricoles, ils peuvent se frotter les mains : le marché devrait représenter un ensemble de plus de 32 milliards de dollars à l’horizon 2025.

De quoi voir l’agriculture sous un nouvel angle.

© Crédit Photo, DR

Nous contacter
Partager Viadeo Partager